Citations

Les textes de JMG Le Clézio nous inspirent à une reflexion profonde sur la vie, les humains, les animaux, et la richesse naturelle de notre univers. Dans le but de partager des citations qui nous inspirent,  nous mettrons des citations ainsi que des dessins et photographies faits par nos membres.

12 juin 2018

« Il faudrait être partout à la fois, en haut des montagnes quand apparaît l’aurore boréale, au fond de la mer avec les explosions muettes des volcans, à l’intérieur des arbres quand la pluie commence à tomber doucement, faisant éclater chaque goutte sur chaque feuille. […] Il faudrait pouvoir penser tout, parler tout, essayer de comprendre tout. Imaginer chacune de ces villes étendue au creux d’une vallée, sous le ciel nuageux ou clair, avec chacun de ces fleuves coulant son eau limoneuse, sous les arches des ponts. Il faudrait pouvoir vivre partout, pendant toute sa vie […]
Et puis il aurait fallu aller plus loin encore. Il aurait fallu quitter cette planète bleue, et fouiller dans l’espace. Naître à des milliards d’années-lumière, sur on sol de métal ou de mercure, avec un ciel rouge, et six soleils miniscules tournant rapidement autour de l’horizon. »
Terra Amata. Paris: Éditions Gallimard Série blanche, 1967, 31-32.

3 juin 2018

Instagram de l’Association des Lecteurs de JMG Le Clézio. 1 juin 2018

« Il n’y a pas de plus grande extase, de plus indéfinie jouissance que celle du présent. Je vis. Non pas j’existe, car qu’importent les démonstrations! Tandis que vivre: immense, infinie plénitude, multipliée et divisée, impalpable, inconnaissable, incommensurable; largesse et hauteur, profondeur, vibration, délectable harmonie de douleur et de douceur, chant au-delà de toute volupté, chant qu’on n’écoute pas, chant qu’on chante. Rien ne permet d’approcher de cette vérité. Rien ne permet de la traduire, car elle ne se traduit pas en mode sommaire. Cette vie est si dense, si riche semble « autre »; celle qui est en moi. Celle qui est dans l’instant précis qui bouge toujours. Celle qui est action. Celle qui ne se décrit ni s’imagine.

« C’est ce mystère plus que tout autre que j’aimerais délayer. Car il porte en lui la clé du langage, et peut-être même la raison originelle. Chaque mot, comme on clou, devrait me permettre de fixer un peu plus durablement cette toile. Mais il faut choisir ces clous, ni trop faibles, ni trop blessants. Les mots, les mots du dictionnaires. Pas les phrases, pas les expressions qui déjà construisent. Les mots:
Plein.
Gonflé.
Ballonné.
Plumière pleine. »
Le Clézio, J.-M.G. L’Extase Matérielle. Éditions Gallimard Folio, 1967, 40-41 (référence pour la citation)

18 mai 2018

« C’est à l’Afrique que je veux revenir sans cesse, à ma mémoire d’enfant. À la source de mes sentiments et de mes déterminations ». p. 101. L’Africain. Mercure de France, 2004.

28 juin 2017

« Nour ne fait aucun bruit, retient son souffle »

«  نور لا يصدر أي صوت،  يحبس انفاسه  »

 

Extrait de Désert, de JMG le Clézio
  traduction en arabe par Hicham Boulakhsoumi
  dessin fait par Daniel Quiterio