Archives de catégorie : Uncategorized

Préface de J.M.G. Le Clézio, Portrait du visionnaire Louis Riel

J.M.G. Le Clézio signe la préface du livre de Jean Meyer sur Louis Riel. Prophète du Nouveau Monde (Gallimard, 2024), traduit de l’espagnol (Mexique) par Albert Bensoussan.

Héros, traître, meurtrier, hérétique, martyr, fou, noble sauvage, agent de l’impérialisme yankee, défenseur des droits des Métis et des Indiens, père de la province du Manitoba et même l’un des fondateurs de la Confédération canadienne. Louis Riel était un chef du peuple métis – groupe ethnique d’origine autochtone et européenne – qui a dirigé deux mouvements de résistance contre le gouvernement canadien. Le premier (1869-1870) aboutit à la création de la province du Manitoba dans l’Ouest canadien et le second (1885) mène à un affrontement militaire, seule guerre ayant eu lieu jusqu’à ce jour sur le sol canadien.

Ce conflit, encouragé par sir John Macdonald, Premier ministre du Canada, en plus de coûter la vie à Louis Riel, valut aux Indiens leur enfermement – aux conséquences encore aujourd’hui tragiques – dans des réserves pendant plus de soixante ans. Aucun autre personnage de l’histoire canadienne n’a suscité autant d’écrits que Louis Riel.

Fruit de cinquante années de recherches, l’ouvrage de Jean Meyer consacre la vie de cet homme que J. M. G. Le Clézio nomme « le visionnaire » dans sa préface, celui qui voulait faire du Canada un espace de communion pour les nations.

Préface à feuilleter ici

Lien vers Fabula

Hommage à Emile Kerjean

C’est avec une grande tristesse que nous apprenons le décès de notre ami Emile Kerjean, que nous avions encore rencontré lors de notre rendez-vous à Quimper en 2022. 

Chacune et chacun d’entre nous avait pu alors apprécier son enthousiasme, son comportement chaleureux, sa passion pour la Bretagne, la langue bretonne et l’œuvre de Jean-Marie Le Clézio, particulièrement sensible au cours de la table ronde.

Emile Kerjean était l’auteur de deux livres sur J.M.G. Le Clézio, Le Clézio et la Bretagne et Le Clézio est univers aux éditions Skol Vreizh, une maison d’édition située à Morlaix, dont un compte rendu figure dans le Cahier 8Le Clézio et la philosophie. Il avait rédigé pour le Dictionnaire J.M.G. Le Clézio  deux articles très précis et documentés sur « La Bataille de Saint-Aubin du Cormier » et sur la « langue bretonne ». Et à l’occasion de la sortie de Chanson bretonne de Le Clézio, Emile avait réalisé un pèlerinage sur les divers lieux cités dans le livre, dont il avait rapporté un reportage très vivant et bien illustré qu’il nous a remis.

Depuis qu’il était à la retraite, nous rapporte son ami Tanguy Dohollau, il multipliait des voyages, en particulier à l’île Maurice et à Rodrigues, sur les traces des livres de Le Clézio. Il prenait à chaque fois des notes de ses découvertes dans l’île.  Il en fera une publication à compte d’auteur, Sous le charme de Rodrigues, dans les pas de Le Clézio et d’autres compagnons de route .

Nous adressons nos pensées à sa famille et nous gardons précieusement ces témoignages de son engagement au service de l’oeuvre de Jean-Marie Le Clézio. 

Marina Salles et Tanguy Dohollau auxquels se joignent le bureau et les membres de l’Association des Lecteurs de J.-M.G. Le Clézio

Renouer avec la terre extatique, Justine Feyereisen

Ouvrant un nouveau champ critique à la croisée de la linguistique textuelle et de la philosophie, Renouer avec la terre extatique : Essai de sensopoétique chez J.M.G. Le Clézio de Justine Feyereisen (Classiques Garnier, 2024) propose de raviver le pouvoir incantatoire de la littérature par une poétique des sens – une sensopoétique – depuis l’oeuvre intermédiale de J.M.G. Le Clézio.

Accompagné d’une préface de Dénètem Touam Bona

Quatrième de couverture : Comment écrire le vivant par-delà l’Occident moderne ? Comment retisser des liens entre sensations, éthique et action ? Comment témoigner des trajectoires de vies indésirables ? Comment rendre sensible ? Ouvrant un nouveau champ critique à la croisée de la linguistique textuelle et de la philosophie, cet essai propose de raviver le pouvoir incantatoire de la littérature par une poétique des sens – une sensopoétique – depuis l’œuvre de J.M.G. Le Clézio. Initiant à l’extase matérialiste, les sens y agissent comme un prisme « dé-scriptif » des mouvements, des formes et des idées de l’époque contemporaine en vue d’une pensée poétique concrète, chargée de la sédimentation du temps et de son limon d’espoir.

Justine Feyereisen est docteure en langue et littérature françaises de l’université libre de Bruxelles et de l’université de Grenoble. Elle a mené des projets de recherche à l’université de Berkeley, l’université d’Oxford et l’université de Gand. Autrice d’une trentaine d’articles, elle est aussi présidente de l’Association des lecteurs de Le Clézio et co-rédactrice en chef des Cahiers Le Clézio.

Site de l’éditeur

Table des matières

Annonce sur Fabula

Le Clézio à Maurice, un plaidoyer pour la lecture

Lire, une anthologie internationale est un recueil de 18 textes réunis par Issa Asgarally comme autant de plaidoyers en faveur de la lecture, signés Ananda Devi, Priya Hein, Sudhir Hazareesingh, Tahar Ben Jelloun, entre autres. Le texte de J.M.G. Le Clézio raconte son « premier souvenir de liberté (…) dans le couloir de l’appartement de ma grand-mère, lorsque j’ai découvert, à l’âge de huit ou neuf ans, sur le rayon le plus bas de sa bibliothèque, une collection de livres anciens, reliés en cuir marronnasse, dix-sept volumes du Dictionnaire de la Conversation ».

Une lecture scénique de passages des textes extraits de l’anthologie, par de talentueux comédiens dont Vinesha Bissoondeeal, Jérôme & Géraldine Boulle, Jean-Claude Catheya et Sharvesh Kemraz, a eu lieu à Maurice le 26 mars 2024. Organisée par Issa Asgarally, cette performance s’est faite en présence de J.M.G Le Clézio.

Dans l’île pour une série d’activités, à chaque prise de parole, Le Clézio défend la nécessité de lire et d’en donner le goût à la jeunesse. Incitant les parents à adopter des « techniques de combat » contre « la violence de l’instant » déversée par le flot ininterrompu d’images en ligne qui font écran à la réflexion. L’écrivain a raconté qu’à sa première visite à Maurice « quand j’ai vu des jeunes qui faisaient la queue devant la bibliothèque Carnegie, j’ai été absolument bouleversé. Je ne me souviens pas des paysages, je ne me souviens pas des plages, je ne me souviens pas des scènes pittoresques et exotiques mais je me souviens de la bibliothèque Carnegie ». Il a également partagé qu’il avait été « ému aux larmes » par un enfant mauricien de sept-huit ans qui « serrait le livre qu’on lui avait donné comme si c’était un trésor. Je me suis dit, voilà un livre qui va vivre ». Il recommande des auteurs, tous pays, toutes époques, tous genres confondus, à la recherche de « la lumière de la lucidité qui brille entre les lignes ». Dans son texte Se connaître, se reconnaître, il affirme « que grâce à la littérature, nous avons des voix multiples pour lutter contre ceux qui malgré les enseignements de l’Histoire tentent aujourd’hui de revêtir les loques trouées du racisme et de la xénophobie ».

En outre, J.M.G. Le Clézio espère, « comme tout le monde, que Maurice puisse exercer pleinement sa souveraineté sur l’archipel des Chagos et que les enfants puissent faire le voyage facilement pour aller voir le pays de leurs ancêtres ». Souhait formulé, samedi, lors d’une rencontre avec une quarantaine d’enfants dont vingt-cinq Chagossiens, au Centre chagossien, à Pointe-aux-Sables, en présence de leurs proches, d’Olivier Bancoult, leader du Groupe Réfugiés Chagos et du couple Asgarally. Une initiative de la Formation pour l’Interculturel et la Paix (FIP). Parlant de la portée des livres, il dit : « J’écris des livres. C’est comme la musique. Cela fait partie de la culture ». Jean-Marie Le Clézio leur a partagé son amour pour les histoires qui mettent en scène les enfants parce que, poursuit-il, « ils ont quelque chose à donner. Ils ont une vérité très forte. Ils ont la force de faire comprendre ce que les adultes ne sont pas capables de dire parfois. Je suis content d’être là, avec vous. J’espère vous revoir dans votre présentation future ».

Oeuvres citées par J.M.G. Le Clézio :

 La Ballade de la geôle de Reading d’Oscar Wilde

 Le Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde

 Rhapsodie de l’ère littéraire de Hu Shi

 Notre besoin de consolation est impossible à rassasier de Stig Dagerman

 Automne allemand de Stig Dagerman

 Les 144 quatrains d’Omar Khayyam

 Poèmes de Djalal ad-Din Rumi

 Poèmes du moine japonais Ryôkan

 Textes de Malcolm de Chazal

 La route de sampo de Hwang Sok-yong

 Monsieur Han de Hwang Sok-yong

 La Vie rêvée des plantes de Lee Seung-U

 Textes de Mo Yan, prix Nobel de littérature 2012

 Œuvre d’Aimé Césaire

 Œuvre de Frantz Fanon

 Œuvre de Maryse Condé

 Le venin du papillon d’Anna Moï

 Textes du Mexicain Juan Rulfo

 Romans du péruvien José Maria Alguedas

 Textes de la calédonienne Déwé Gorodé

 Œuvre de Marcel Cabon

 Pleure, ô pays bien-aimé d’Alan Paton

 En attendant le vote des bêtes sauvages d’Ahmadou Kourouma

 Textes d’Abdourahman Waberi

 Œuvre de Ken Saro-Wiwa

 Al Capone le Malien de Sami Tchak

 Le silence des dieux de Yahia Belaskri

 Œuvre de la Sénégalaise Aminata Sow Fall

 Textes de la Nigériane Chimamanda Ngozi Adiche

 Textes de la Camerounaise Leonora Miano

 Textes de la Kenyane Grace Ogot

Discours de J.M.G. Le Clézio à l’occasion du lancement de Lire, une anthologie internationale : disponible ici

A propos de la visite au Centre chagossien

Article de L’Express Mu

Article du Mauricien

The Ecological Vision of J.M.G. Le Clézio

Bronwen Martin publie chez Peter Lang un nouvel essai intitulé « The Ecological Vision of J.M.G. Le Clézio ».

Quatrième de couverture : This book presents a close reading of four texts by Jean-Marie Gustave Le Clézio, guided by Gilles Deleuze’s concept of metamorphosis, «becoming-animal». In his critique of anthropocentrism and Western reason, Le Clézio dismantles the opposition between mind and matter, language and life, developing Henri Bergson’s notion of the living, «le vivant». A philosophical and ecological role is accorded poetic, sensorial expression, which is the means of communication between the multiple forms of life. For instance, the protagonist may become a bird: in their flight they form intercultural relations calling to mind the texts of Édouard Glissant and Patrick Chamoiseau. Importantly, Le Clézio never divorces the poetic from the socio-political. The text Bitna, sous le ciel de Séoul, for example, unfolds against the background of the war between North and South Korea. Through the figure of the war-traumatised homeless Algerian, Béchir, The Story of Dodo emerges as one of the most powerful critics of nationalism and capitalism ever written.

Lien vers l’éditeur

Vanuatu

Dans l’archipel lointain du Vanuatu, les hommes ont inventé le saut du Gol, un rituel décrit sans exotisme par le prix Nobel de littérature dans « Raga ». Un récit de mythes et légendes. Sur ce territoire parmi les plus inaccessibles du monde, Le Clézio élargit les horizons géographiques et culturels.

Regardez le reportage sur Arte

L’Abécédaire : Le Procès verbal. Le Cahier n°16 disponible !

Le Cahier numéro 16 est maintenant disponible !

En 1963, Le Procès-verbal recevait le Prix Renaudot. Roman d’une génération, il a immédiatement fait connaître son auteur et a marqué durablement son époque. Soixante ans plus tard, que peut encore nous apprendre sa lecture ? Mille choses. C’est sous la forme de l’abécédaire, empruntée à Gilles Deleuze, que ce numéro propose de les énumérer de A à R, comme il se doit. 

Avec des illustrations du Procès-verbal par Denis Courard et des furigraphies issues de Vent rouge d’Hawad, accompagnées d’un texte introductif par l’anthropologue et linguiste Hélène Claudot-Hawad.

Edité par l’ensemble du comité de rédaction : Justine Feyereisen, Nicolas Pien, Isabelle Roussel, Marina Salles et Bruno Thibault.

 Vous pouvez commander Les Cahiers J.-M. G. Le Clézio chez votre libraire, sur le site des éditions Passage(s) ou, pour nos membres, auprès de Hyeli Kim, notre trésorière.


Les Cahiers J.-M. G. Le Clézio sont réalisés sous la houlette de l’Association des Lecteurs de J.-M. G. Le Clézio. Pour toutes informations la concernant, se reporter au site internet : www.associationleclezio.com.

Prix Fu Lei pour la traduction chinoise d’Alma par Zhang Lu

Ce samedi 18 novembre, le palmarès du 15e Prix Fu Lei de la traduction et de l’édition a été dévoilé lors de la cérémonie de remise des prix qui s’est tenue à Canton au sein de l’Institut des Arts d’Orient.

Pour la catégorie « Littérature », le prix est décerné à Zhang Lu pour sa traduction de Alma de J.M.G. Le Clézio, paru chez People’s Literature Publishing House / Shanghai 99 Readers Culture.

La cérémonie s’est déroulée en présence du consul général de France à Canton, Sylvain Fourrière, ainsi que de nombreuses personnalités du monde littéraire, notamment le professeur et critique littéraire Xie Youshun, l’écrivain Wang Weilian et l’écrivaine Muriel Barbery, tous les trois membres du jury invités de cette édition.

Créé en 2009, le Prix Fu Lei récompense chaque année les meilleures traductions du français vers le mandarin. Dans son allocution, Bertrand Lortholary, ambassadeur de France en Chine, a rappelé l’importance du rôle du traducteur dans les échanges culturels entre les deux pays. « Il en est un maillon essentiel car il rend possible un dialogue littéraire et intellectuel entre nos cultures » a précisé l’ambassadeur, « Le traducteur nous permet de mieux nous comprendre, et de faire de nos différences un sujet de discussion et d’échanges, un objet de curiosité et d’études. »

Maîtresse de conférences au département de français à l’Université de Nanjing, Zhang Lu a soutenu sa thèse sur le thème de la nature chez J.M.G. Le Clézio en cotutelle (Université de Nanjing et Université Paris IV). Elle a publié plusieurs études académiques sur l’œuvre de Le Clézio en Chine et en France. Elle a également traduit les œuvres littéraires et de sciences humaines et sociales suivantes : Révolutions, Gens des nuages (deux fois finaliste du Prix Fu Lei), Voyage au pays des arbres de Le Clézio, Érotisme de Georges Bataille, Pornographie du temps présent d’Alain Badieu, La Vie d’Irène Némirovsky, Que pense la littérature ? , etc.

Le mot du jury : « Alma traduit par Zhang Lu démontre bien la vision multiple que peut détenir Le Clézio au-delà du prisme dominant de la société occidentale. La traduction incarne fidèlement le style d’écriture original de cet auteur classique. L’intégration habile de citations provenant de ses propres connaissances ainsi que de son expérience personnelle renforce cette impression. Cette traduction se distingue particulièrement par son traitement des dialectes locaux, véhiculant ainsi une riche image de ceux-ci. »

Source

Poisson d’or : écrire et faire de la musique

En 1997, à l’occasion de la parution de son roman Poisson d’or, l’écrivain Jean-Marie Gustave Le Clézio confiait à Jacques Chancel les liens étroits et nécessaires qu’il entretient avec la musique…

« J’ai besoin de la musique pour écrire. J’ai le sentiment qu’écrire ou faire de la musique, c’est la même activité. Lorsque j’écris en écoutant Bach, ou de la musique indienne répétitive, c’est une nourriture …»

La musique suit partout Jean-Marie Gustave Le Clézio, que ce soit en voyage, dans le désert, où à sa table d’écrivain. Faire de la musique ou écrire, une activité très proche pour le romancier, lui qui confiait dans l’un de ses livres vouloir  » faire de la musique avec des mots » .

Ecoutez ce podcast sur France Musique