alexandre avakumovic

AlexandreAvakumovic

France / Ile MauriceLe Chercheur d’or m’a été offert (en édition Folio) par mon amie début 1989, conjurant la solitude glaciale de mon service militaire, réalisé outre-Rhin.

D’emblée, l’Ile Maurice, visitée peu auparavant, est devenue l’horizon unique de mes rêves de retour ultra-marin, me permettant la découverte progressive de l’œuvre étrange et fortement indispensable de Le Clézio, brièvement rencontré par la suite au salon «Étonnants Voyageurs » de Saint-Malo.

Malgré l’obtention en 1994 d’une maîtrise de lettres modernes à Paris 7, l’inachèvement d’un DEA sur la thématique élémentaire de l’Eau dans son triptyque mauricien (sous la direction de Colette Astier / Paris X) et suite à quelques décevantes vacations d’enseignement, je me suis progressivement éloigné de France – pour entrer dans mon Livre des Fuites, en quête de liberté absolu, deL’Inconnu sur la terre, de L’Extase matérielle, de Voyages de l’autre côté du monde, en Asie, en Australie, en Afrique du Sud.

De retour depuis quelques années dans l’océan Indien (travaillant dans l’hôtellerie), je suis toujours secrètement sur les traces de la quête du « chercheur d’or » à l’Ile Maurice, aux Seychelles, en Voyage à Rodrigues, jusqu’au phare de l’ile Plate, autour de l’îlot Gabriel (cf. La Quarantaine), espérant naviguer un jour vers l’archipel de Saint-Brandon…

NB : Je suis très heureux de l’initiative de cette association et remercie la générosité des membres actifs de nous promettre de beaux échanges littéraires et humains.

Contacter